Accueil > Nouvelle équipe municipale (...)

Nouvelle équipe municipale et discours du maire

Contenu de la page : Nouvelle équipe municipale et discours du maire

Voici la nouvelle équipe municipale installée et retrouvez l’intervention du maire, lors de son élection.

Discours d’Olivier Thomas - 24 mai 2020.

Mesdames et messieurs les élus
Chère et bienveillante doyenne. Merci.
Quelle étrange période que nous vivons là…Les élections ont eu lieu le 15 mars et nous installons enfin notre Conseil Municipal, près de deux mois plus tard…Que s’est-il passé durant ces deux mois ?
Rien et beaucoup.
La planète entière s’est enfermée chez elle.
Le temps s’est ralenti. La pollution aussi.
J’ai chopé cette maladie et j’en ressens encore chaque jour le puissant picotement.
J’ai lu des poèmes. Beaucoup de poèmes, beaucoup plus que je ne vous en ai dit.
J’ai géré les urgences, avec certains d’entre vous, avec bien sûr le concours des formidables services que nous avons la chance – est-ce une chance ? – d’avoir à Marcoussis, avec Karine, sa cellule de crise et tous les agents mobilisés ainsi que les nombreux bénévoles.
Les masques, l’école, la plateforme d’e-commerce (et j’excuse Frederick de son absence), la Bailloterie, les services en télétravail, la continuité du service public, les coups de fil quotidien au sous-préfet, le marché ré-ouvert, les visioconférences, le whatsapp permanent, les forêts, les masques encore et toujours…
Il ne s’est pas rien passé.
Il ne s’est pas rien passé parce que justement, le temps si capricieux, si volatil, s’est brusquement alourdi, comme une sorte de pâte à modeler.
Une pâte à modeler… à modeler les choses différemment.
A modeler un autre monde, une autre planète, plus lente, plus locale, plus douce.
Pourquoi la lenteur est-elle souvent présentée comme un défaut ?
Pourquoi nous faut-il toujours accélérer ?
Il ne s’est pas rien passé.
J’ai beaucoup lu de poésie, j’ai beaucoup cuisiné mais j’ai aussi beaucoup réfléchi. Ce n’est jamais du temps perdu.
Nous voici, enfin réunis, pour installer notre conseil que nous avons hâte de faire fonctionner.
Quel étrange début de mandat, notamment pour les nouveaux élus, qui piaffent d’impatience de se lancer dans la réalisation de notre beau programme.
Un programme prémonitoire en quelque sorte… dans lequel, avant que cette pandémie ne se déclare, nous nous engagions à construire davantage de circuits courts, à accentuer notre démarche de transition écologique, à gagner en autonomie, à renforcer notre action sociale vers les plus fragiles, à poursuivre nos efforts pour les plus jeunes, à encourager les circulations douces, à créer des lieux de vie nouveaux et rassembleurs, à protéger notre biodiversité, dont nous avons durant ces deux mois, apprécié la richesse, à faire en sorte que nos administrés soient plus participatifs, que la Culture sorte de ses murs et que les sportifs profitent de notre vallée, de notre belle vallée d’avenir que beaucoup nous ont envié durant ces deux mois…
Un programme prémonitoire pour lequel les marcoussissiennes et les marcoussissiens nous ont, une nouvelle fois, fait confiance.
Alors… Que cent fleurs s’épanouissent.
Il ne s’est pas rien passé.
Ces dix semaines de parenthèse entre notre élection et cette installation, m’ont grandement été utiles, à faire des tris, à ranger, à organiser mon esprit, à mesurer le chemin parcouru…
C’est un petit peu le hasard et beaucoup les règles imposées par l’état qui nous font nous réunir ici, dans cette salle Jean-Montaru, dans une formation inédite pour un Conseil municipal. C’est pour moi un clin d’œil, tant cette salle aura marqué mon engagement pour Marcoussis, depuis sa création puisque j’en présidais l’association qui la gérait alors, jusqu’à aujourd’hui, en passant bien sûr par la création du cinéma il y a 25 ans, les expositions, les concerts d’Elfondurock, les meetings politiques avec un futur Président de la République, les cérémonies de vœux, les fêtes du jumelage… vous l’avez compris, j’ai un attachement particulier à cette salle ...
Ces dix semaines de parenthèse m’ont grandement été utiles, à mesurer le chemin parcouru… Mais aussi chers amis à mesurer celui qui nous reste à parcourir ensemble.
La feuille de route de ces six années, vous la connaissez, elle figure dans ce projet 2020-2026 et chacun aura dès la semaine prochaine celle de sa délégation.
La crise que nous traversons et celles qui s’annoncent doivent nous déterminer davantage encore à poursuivre nos actions et à en engager d’autres pour faire de Marcoussis un laboratoire d’une autre société que celle qui tousse aux moindres soubresauts de la finance.
Je ne sais pas si le monde d’après changera vraiment… mais je sais que nous ferons tout pour contribuer à le changer.
Alors Oui ! nous allons faire de la politique. Ce n’est pas un gros mot. C’est un grand mot, une idée noble, un engagement.
De la belle politique, de celle qui régit la cité, de celle qui bouscule les idées reçues, de celle qui change la vie… de celle dont on dira encore : « c’est possible, à Marcoussis ils l’ont fait ».
Soyons fiers, soyons ambitieux, nous sommes forts et nos services sont performants.
Il ne s’est pas rien passé durant ces dix semaines.
Le Covid ne m’a pas tué.
Et je n’ai pas perdu ma mère… car elle est là… comme toujours dans les moments importants, entre ma chemise blanche et le sourire de mon fils.
Alors Que cent fleurs s’épanouissent…

Téléchargements

juin 2020 PDF - 3.8 Mo
Télécharger