Accueil > Vivre à Marcoussis > Actualités Agenda > Commémoration 11 novembre

Commémoration 11 novembre

Contenu de la page : Commémoration 11 novembre

Survol de Marcoussis par quatre biplans de la Première Guerre mondiale

C’est lors de la cérémonie commémorative du 99e anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 que quatre avions de la Première Guerre mondiale ont survolé le village : des répliques du RAF SE-5 et du Bücker BU 131, en provenance de Cerny, pilotés par des passionnés de l’association des casques de cuirs de Cerny. Un bouquet de fleur était lancé d’un des biplans, geste qui rappellait celui qu’avait eu le 6 septembre 1916, un équipage allemand en hommage au sous-lieutenant Célestin Adolphe Pégoud. Chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la médaille militaire et de la Croix de guerre, ce pilote français félicité à plusieurs reprises pour ses nombreuses victoires avait été abattu quelques jours avant. L’équipage allemand était revenu sur les lieux du combat pour y lancer une couronne de laurier portant l’inscription "A Pégoud, mort en héros pour sa patrie".

C’était surtout l’occasion de rendre hommage aux enfants de Marcoussis mobilisés dans cette guerre, six l’ont été dans l’aviation : Elie Védrenne, Emile Manon, Ambroise Buisson, soldats dans des groupes d’aviation, qui revinrent tous les trois au village. Et trois qui ne revinrent jamais, disparus au combat : Paul Pinotier, qui fut charpentier dans l’aviation maritime, Marcel Mouton qui était seconde classe au 1er groupe d’aviation et Guy de Bammeville qui était pilote, lieutenant, mort au combat aérien le 20 septembre 1916 dans sa 21e année.
Guy de Bammeville, fils du maire de Marcoussis et propriétaire du domaine de Bellejame, est mobilisé à l’âge de 20 ans et affecté au 5e régiment d’infanterie. Très vite, passionné d’aéronautique, il devient élève pilote et obtient le 12 mars 1916 son brevet de pilote militaire. Il est affecté dans la fameuse escadrille N26 dans laquelle oeuvrait déjà Roland Garros, pilote de chasse inventeur du tir entre les hélices. Le 6 septembre 1916, nommé sous-lieutenant,il effectue une première mission à quatre avions à bord d’un Nieuport, nouvel avion qui vient de rejoindre l’escadrille. Le 12 septembre aux commandes d’un Nieuport 21, il effectue une mission de reconnaissance aux alentours de Péronne où se situe le front, en compagnie de deux autres avions de l’escadrille. Le lendemain au cours d’une nouvelle mission, il pourchasse quatre avions allemands (Drachen) et les force à se poser. Le 20 septembre, alors qu’il combat au dessus de Péronne un autre avion allemand, il est touché par la DCA ennemie. Grièvement blessé, il réussit à se poser mais hélas dans les lignes allemandes, entre Chaulnes et Morchain, dans la Somme, non loin de Péronne. Il succombe à ses blessures à l’âge de 21 ans. Il est le seul pilote de Marcoussis décédé en combat aérien, mais Marcel Mouton et Paul Pinotier sont également morts pour la France, dans des groupes d’aviation, ancêtre de l’armée de l’air.

Téléchargements

Discours d’Olivier Thomas novembre 2017 Word - 35.5 ko
Télécharger
Survol de Marcoussis novembre 2017 QuickTime - 45.6 Mo
Télécharger